Les derniers compte-rendus

Cendrillon – Pagliero/Louvet (2 décembre)

L’Opéra reprend la Cendrillon de Noureev pour les fêtes de fin d’année. Le conte de fées mis en musique par Prokofiev devient le rêve d’une apprentie actrice dans le Hollywood des années 30.

Anna Karénine – Eifman Ballet au Palais des Congrès

La compagnie du chorégraphe-dramaturge russe Boris Eifman est de retour en France avec son adaptation du classique de Tolstoï, Anna Karénine.
Au programme, pas de deux néo-classiques acrobatiques, sentiments excessifs et superbes danseurs: un plaisir coupable à consommer sans modération.

Peau d’Ane (Théâtre Marigny)

Le Théâtre Marigny tout neuf se réinvente en théâtre musical sous la houlette de Jean-Luc Choplin. Première production de cette nouvelle ère, la transposition à la scène du Peau d’Ane de Jacques Demy.

Hommage à Jerome Robbins (30 octobre)

Une prometteuse soirée consacrée à Jerome Robbins sonnait l’heure de la rentrée pour les étoiles parisiennes, alors que le Défilé permettait de dire adieu prématurément à Josua Hoffalt et de se préparer psychologiquement au départ de Karl Paquette.

Casse-Noisette – Ballet National de Chine

Ballet des fêtes de fin d’année par excellence, Casse-Noisette devance l’appel avec la version proposée par le Ballet National de Chine qui pose ses valises le temps des vacances d’automne à la Seine Musicale.

Voyages chorégraphiques : du Japon traditionnel à Israël

L’automne parisien invite le spectateur à un voyage spatio temporel à travers la planète danse. Le Japon traditionnel s’invitait à la Philharmonie le week-end du 13 octobre, tandis que l’on retrouvait le week-end suivant Ohad Naharin et sa troupe à Chaillot à l’occasion de la saison France-Israël 2018.

Decadance – Ohad Naharin (30 septembre)

Les danseurs de l’Opéra de Paris devaient-ils démarrer leur saison par une pièce ultra-contemporaine? Decadance du chorégraphe israélien Ohad Naharin offre néanmoins de belles satisfactions au spectateur.

Martha Graham Dance Company (6 septembre)

La Martha Graham Dance Company inaugure la nouvelle saison sur la scène de Garnier, pour un programme en forme de parcours guidé dans l’oeuvre de la grande prêtresse de la danse contemporaine.

Autour du ballet

Au fil du blog

Anna Karénine – Eifman Ballet au Palais des Congrès

Anna Karénine – Eifman Ballet au Palais des Congrès

La compagnie du chorégraphe-dramaturge russe Boris Eifman est de retour en France avec son adaptation du classique de Tolstoï, Anna Karénine.
Au programme, pas de deux néo-classiques acrobatiques, sentiments excessifs et superbes danseurs: un plaisir coupable à consommer sans modération.

Peau d’Ane (Théâtre Marigny)

Peau d’Ane (Théâtre Marigny)

Le Théâtre Marigny tout neuf se réinvente en théâtre musical sous la houlette de Jean-Luc Choplin. Première production de cette nouvelle ère, la transposition à la scène du Peau d’Ane de Jacques Demy.

Hommage à Jerome Robbins (30 octobre)

Hommage à Jerome Robbins (30 octobre)

Une prometteuse soirée consacrée à Jerome Robbins sonnait l’heure de la rentrée pour les étoiles parisiennes, alors que le Défilé permettait de dire adieu prématurément à Josua Hoffalt et de se préparer psychologiquement au départ de Karl Paquette.

Casse-Noisette – Ballet National de Chine

Casse-Noisette – Ballet National de Chine

Ballet des fêtes de fin d’année par excellence, Casse-Noisette devance l’appel avec la version proposée par le Ballet National de Chine qui pose ses valises le temps des vacances d’automne à la Seine Musicale.

Voyages chorégraphiques : du Japon traditionnel à Israël

Voyages chorégraphiques : du Japon traditionnel à Israël

L’automne parisien invite le spectateur à un voyage spatio temporel à travers la planète danse. Le Japon traditionnel s’invitait à la Philharmonie le week-end du 13 octobre, tandis que l’on retrouvait le week-end suivant Ohad Naharin et sa troupe à Chaillot à l’occasion de la saison France-Israël 2018.

Decadance – Ohad Naharin (30 septembre)

Decadance – Ohad Naharin (30 septembre)

Les danseurs de l’Opéra de Paris devaient-ils démarrer leur saison par une pièce ultra-contemporaine? Decadance du chorégraphe israélien Ohad Naharin offre néanmoins de belles satisfactions au spectateur.