Soirée Peck – Balanchine (08 juillet)

Entre Chien et Loup -Marion Barbeau avec Alexandre Gasse et Antonio Conforti

Entre Chien et Loup -Marion Barbeau avec Alexandre Gasse et Antonio Conforti

A la deuxième vision,  Entre Chien et Loup remet en cause les certitudes du spectateur sur ce qu’il a vu la première fois, la faute aux masques colorés qui dissimulent le visage des danseurs permettant à Justin Peck de s’amuser avec l’homogénéité physique des danseurs de l’Opéra et d’abolir la hiérarchie du corps de ballet. Marion Barbeau était le masque vert clair lors de la première, la voici en parme. Letizia Galloni troque le parme pour le vert foncé. Chez les messieurs, Allister Madin, Alexandre Gasse et Antonio Conforti conservent leur couleur d’une distribution à l’autre. Antonio Conforti est cependant plus mis en valeur ce soir. Florimond Lorieux livre une de ses dernières prestations à l’Opéra, puisqu’il a choisi de rejoindre le Ballet de Boston la saison prochaine : dommage que ses perspectives d’avancement à Paris semblent bouchées car il fait souvent mouche lorsqu’il bénéficie d’un peu de temps de scène. Hannah O’Neill capte toute la lumière en rose : je lui ai néanmoins préféré Sae Eun Park dans ce registre léger.

Après ce hors d’œuvre léger et rafraîchissant, le Brahms-Schoenberg Quartet de Balanchine est une fête pour les yeux et le cœur qui transporte sur un petit nuage.

Balanchine - Brahms Schoenberg Quartet

Balanchine – Brahms Schoenberg Quartet

Dans le 1er mouvement, Valentine Colasante toute en rapidité est soutenue par un solide Yann Chailloux, dont la carrière semble prendre un tour intéressant cette saison.

La vie en rose avec Marion Barbeau et Stéphane Bullion

La vie en rose avec Marion Barbeau et Stéphane Bullion

Dans le deuxième mouvement, Marion Barbeau, vraiment délicieuse, nous offre de jolis cambrés, synonymes de quasi abandon. Avec Stéphane Bullion, ils sont craquants : après le Casse-Noisette revisité de cette saison, c’est un plaisir de les retrouver partenaires sur ce pas de deux classique où le poids plume de la ballerine confère aux portés de Stéphane Bullion une grâce exceptionnelle.

Virtuoses Myriam Ould-Braham et Mathias Heymann

Virtuoses Myriam Ould-Braham et Mathias Heymann

Dans le troisième mouvement, j’ai été beaucoup plus séduite par Myriam Ould-Braham et Mathias Heymann que lors de la première où des petites choses n’étaient pas en place. Alice Renavand et Josua Hoffalt concluent en beauté le programme  dans un registre qui leur sied  parfaitement.

Il y a comme un petit pincement au cœur de dire au revoir aux danseurs pour deux mois et demi après ce programme d’été qui réussit plutôt bien le mélange entre les jeunes talents et les étoiles.

Mots Clés : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
Share This