La Belle au Bois Dormant – Séance de Travail (23 Novembre)

Nous avions quitté Agnès Letestu le 10 octobre sous une pluie de paillettes sur la scène de l’Opéra Garnier pour ses adieux officiels, nous l’avons retrouvée hier à l’Amphithéâtre Bastille en tant que pédagogue chargée de préparer un couple de solistes, Laura Hecquet et Audric Bezard, pour leurs prises de rôle dans la Belle au Bois Dormant.

Agnès Letestu en pleine transmission

Pour le plus grand bonheur des spectateurs très nombreux, elle a dirigé une séance de travail dense d’1 heure qui a permis d’aborder quelques passages clés de ce classique des classiques : le Solo du Prince au 2ème acte, l’Adage à la Rose, le Pas de Deux des Noces d’Aurore et Désiré. Elle instaure un climat plein de bonne humeur, traduit les intentions du chorégraphe dans un langage assez terre à terre et empreint d’humour, n’hésite pas à payer de sa personne en incarnant la fée Lilas ou le Roi.
On sent que les deux danseurs ont déjà beaucoup travaillé la chorégraphie, et qu’on en est aux ultimes réglages techniques ainsi qu’à la recherche de l’interprétation la plus juste. Ils sortent d’ailleurs de journées très intenses et d’un filage complet du ballet, nous précise Laurent Hilaire en introduction de la séance. Ils sont donc un peu « cuits ».

Audric Bezard

Audric Bezard est le prince idéal, une « Rolls » comme le souligne malicieusement Agnès Letestu. Il semble très à l’aise dans la variation mélancolique de Désiré au 2ème acte, qui lui avait d’ailleurs permis d’accéder au grade de premier danseur au concours de l’année dernière. Ce solo très compliqué qui dure 7 minutes, c’est la patte personnelle de Noureev dans le ballet, un passage qui teste les limites physiques et techniques du danseur pour lui permettre de sublimer son interprétation. La scène de l’amphithéâtre est presque trop petite pour la danse ample et majestueuse d’Audric Bezard. Très peu de corrections finalement : quelques indications sur la tenue des épaules, la direction du regard et sur les tours à la seconde qui « doivent passer deux fois au dessus de la table sans casser la vaisselle ».

Audric Bezard corrigé par Agnès Letestu

C’est ensuite au tour de Laura Hecquet d’affronter le morceau de bravoure du ballet, l’Adage à la Rose. C’est le 16ème anniversaire d’Aurore, ses parents lui présentent 4 prétendants qui lui offrent des roses. Pour l’occasion, Audric Bezard endosse le rôle des 4 princes. Agnès Letestu nous précise que Laura Hecquet «a fait un malheur » dans ce passage lors du filage de la veille. La difficulté de ce passage réside en partie dans la nécessité pour la danseuse de s’adapter à 4 partenaires différents. Audric Bezard très souriant essaie de dérider sa partenaire très concentrée.

L’Adage à la Rose

Il y a une belle alchimie entre ces deux danseurs, ce que confirme la fin de séance, avec le Pas de Deux du 3ème acte, et ses redoutables portés poisson qui leur donnent du fil à retordre. On ressort de la salle avec l’envie de réserver une place pour l’unique représentation du couple (pour le moment), la matinée du 7 décembre.

Mots Clés : ,,,
Share This