In Situ, dans les coulisses du Ballet de l’Opéra de Paris

Si vous profitez du bel automne pour flâner sur les quais de Seine, n’hésitez pas à faire à tour par l’île Saint-Louis et la galerie Clémentine de la Ferronière où sont exposées quelques très belles photos issues du projet de Pierre-Elie de Pibrac avec le Ballet de l’Opéra de Paris.

Si votre budget ne vous permet pas de repartir avec une des œuvres présentées (les prix vont de 800 à 7800 euros), vous craquerez certainement pour le livre du projet regroupant près de 250 photos, réparties en trois séries, instantanés pris dans l’intimité de la troupe, réinterprétations abstraites de photos de spectacles ou encore mises en scène majestueuses dans l’immensité du Palais Garnier.

Analogia_1

Pour les amoureux du ballet, c’est sans doute la première série entièrement en noir et blanc, intitulée Confidences qui les intéressera le plus.  C’est un peu comme si le photographe nous ouvrait son carnet de bord et nous racontait l’année passée avec les danseurs. Entre les salles de répétition, les loges et les coulisses des spectacles, il a pris sur le vif l’essence même de la troupe. C’est un point de vue assez différent de celui des photos des programmes, souvent centrées sur la mise en valeur des étoiles. Ici les étoiles ne sont que des danseurs comme des autres. Le photographe s’attache à capter tous les petits instants d’une journée, toute cette énergie dont le but ultime est la scène qu’on soit un petit rat ou la plus grande étoile. Les photos ne sont pas légendées, mais c’est l’occasion de se remémorer la saison 2013-2014. Parmi mes clichés favoris, ceux autour de la Belle au Bois Dormant, Onéguine vue des coulisses avec Isabelle Ciaravola et Hervé Moreau, des portraits de l’Orphée de Stéphane Bullion en forme d’études anatomiques, hommage à la perfection du corps dansant.

Le livre vaut également pour son introduction textuelle, composée d’interviews et de témoignages. Aurélie Dupont s’y livre notamment comme rarement à Arnaud Dreyfus, camarade de promotion et membre du corps de ballet : sa relation artistique d’exception avec Manuel Legris, la blessure qui l’a amenée à repenser entièrement sa façon de danser, son point de vue sur la nouvelle génération. Après avoir lu ce texte, je pense apprécier différement ses interprétations. En passant, on apprend que le Roméo et Juliette de Noureev devrait être au programme de la saison 2015-2016. On retrouve également au générique Nicolas Le Riche, Eleonora Abbagnato, Isabelle Ciaravola, Amandine Albisson (qui évoque ses premiers pas d’étoile et la pression qui pèse sur ses épaules) et Benjamin Millepied (dans une ode à sa muse, Aurélie Dupont, interpète idéale du Dances at a Gathering de Robbins à ses yeux).

Pour retrouver des images du making-of de ce beau livre, le blog du photographe vaut également le coup d’œil.

Mots Clés : ,,,,,,,
Share This